Le match Mavic Air vs Anafi : 1-le chassis

1ère manche : les caractéristiques du chassis

Chasse gardée de DJI depuis bientôt deux ans, le marché des drones ultra-compacts équipés d’une caméra 4K et d’une stabilisation digne de ce nom s’agrandit petit à petit. Ce mois de juillet, c’est la marque française Parrot qui fait son entrée remarquée avec un drone sans doute baptisé lors d’une soirée scrabble un peu trop ennuyeuse, j’ai nommé l’ANAFI. Mis à part cette faute de goût, l’engin tient il la route, dans les airs ? Qu’en est il des performances photos et vidéo ? Nous vous proposons un match avec le Mavic Air, sorti en février et présentant des caractéristiques très proches, sur le papier tout au moins.

Les liens :

Le poids : égalité avec 1 batterie,
Petit avantage Anafi pour 1 heure de vol

La comparaison des caractéristiques physique pour ce genre d’appareil commence indubitablement par le poids de la bête. Avec 322 g pour l’Anafi contre 437 g pour le Mavic Air. Les chiffres claquent et le petit dernier attaque très fort. Mais pour bien bien apprécier le poids de chacun des appareils, il est indispensable de prendre en compte l’équipement minimal pour pouvoir voler « confortablement » c’est à dire ce qu’il faut trimbaler avec soit dans son sac à dos par exemple, en ajoutant donc la radiocommande. Avec une RC nettement plus lourde coté Anafi, les pendules sont remises à zéro.

Le drone de Parrot reprend toutefois un avantage, léger mais indéniable, si l’on ajoute les batteries nécéssaire pour 1 heure de vol puisque l’autonomie du Mavic avec une petite vingtaine de minutes nécessitera 3 batteries au lieu de 2 pour l’Anafi.

 Drone avec 1 batterieRadio-commandeTotal RC+drone+1 batterieBatterie seuleNb batterie pour 50 min de volTotal pour 50 minutes de vol
Mavic-Air437 g275 g712 g141 g3994 g
Anafi322 g400 g722 g125 g2847 g

Avec une batterie, les 2 appareils sont ex-aequo (à 10 grammes près).
Avec 125 g pour une batterie Anafi (donnée pour 30 minutes de vol) et 141 g pour la batterie du Mavic Air qui procurera 20 minutes de vol, le poids total pour le drone, la RC et le nécessaire pour 1 heure de vol de monte à :

  • 722 + 125 = 847 g pour l’Anafi
  • 712 + 141 + 141 g = 994 g pour le Mavic Air

Résultat : petit avantage Anafi sur la durée de vol…

Encombrement : avantage Mavic Air

Les formes sont radicalement différentes. En courbes, plutot ramassé, le Mavic Air est des plus compacts. Avec une épaisseur quasi identique, l’Anafi fait lui dans la longueur. Une dimension plutôt surprenante au premier contact…

Dimensions :

 Dimension droneDimension RCTotal
Mavic-Air168 x 83 x 49
= 683 cm cube
79 x 35 x 140
= 387 cm cube
1 070 cm cube
Anafi240 x 63 x 56
= 846 cm cube
92 x 48 (+15) x 154
680 (800 avec les sticks) cm cube
1 526 à 1646 cm cube

En terme de volume et d’encombrement, avantage au Mavic Air puisque l’Anafi mobilise 50% de volume supplémentaire (voir plus si l’on prend en compte les sticks). Ceci dit, avec l’un comme avec l’autre on reste dans le raisonnable et la mention ultra-compact ou ultra-transportable n’est pas galvaudée. Le précurseur et légendaire Mavic Pro pointe lui au double du Mavic Air en terme d’encombrement pour le drone + la RC.

Les finissions

On pourrait ergoter sur le look de l’un ou de l’autre, mais c’est avant tout une histoire de gout. Chacun son style. Passons donc au concret :

Les hélices de l’Anafi sont indépendantes l’une de l’autre et de ce fait repliables. Une caractéristique que j’apprécie, si on met les doigts dedans c’est moins douloureux… 1 point pour Parrot.

Petit avantage Mavic Air pour l’enchâssement de la nacelle et de la caméra, plus protectrice pour le Mavic. Pendant le transport, le couvercle du Mavic est là aussi très ingénieux et très efficace, tandis que l’on se voit mal ranger l’Anafi dans un sac à dos sans son étui de protection. 1 point pour le Mavic Air.

Une fois déployé, l’envergure des deux drones est quasiment identique : égalité.

Passons au choses qui fâchent…

On s’inquiète franchement quand il s’agit d’enlever la batterie.
Coté DJI : le système d’accroche de la batterie est bien conçu, il propose pour la première fois un système de validation visuel du bon positionnement de la batterie. Une sécurité très appréciable, si la batterie bouge et se déconnecte en plein vol le drone chute comme une pierre, mieux vaut avoir un bon karma si on veut éviter le crash…

Coté Anafi, le bouton est un peu plus laborieux à actionner. Surtout il faut tirer en arrière et cela demande de prendre soin de bien positionner ses doigts : si on tire un peu trop vite, le capot s’entre-ouvre partiellement : cela fait désordre ! La batterie retirée, on voit apparaître plusieurs circuits imprimés. Mieux vaut ne pas être dans un milieu poussiéreux, sablonneux ou salin… On comprend alors que la légèreté du châssis est la résultante de sacrées économies de matière !

Le système d’insert pour la carte micro SD exigera un certain soin au propriétaire de l’Anafi. On peut reprocher au Mavic Air de ne pas être des plus pratique concernant en particulier le retrait de la carte, mais au moins c’est robuste.

Avantage pour le Mavic Air donc. On se demande comment pourra vieillir l’Anafi dans le cadre d’un usage un tant soit peu intense, disons 2 ou 3 fois pas semaine… Le Mavic Air est de ce point de vue bien plus rassurant…

 

Bilan :

  • Poids : similaire avec 1 seule batterie et la radiocommande. Avantage Anafi lorsque l’on s’équipe pour dépasser l’heure de vol.
  • Encombrement : ce sont deux drones ultra-compacts mais le Mavic Air prendra un peu moins de place dans votre sac à dos…
  • Finitions : franchement carton jaune pour l’Anafi. Certes, il est  150 euros moins cher que le Mavic Air mais à ce prix on souhaite tout de même un drone dont le capot ne bouge pas lorsque l’on enlève la batterie… De ce point de vue, l’Anafi sera sans doute difficilement recommandable pour les utilisateurs destinant leur drone à un usage intensif…

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*